A 21 ans, Esther Kalunga est gérante de SIKILIZA, une agence de commerciale axée sur la communication. Jeune et ambitieuse, elle poursuit également ses études en journalisme. Comment parvient-elle à combiner études et travail, la jeune femme répond à toutes nos questions.

Go Ladies Magazine : Parlez-nous de vous

Esther KALUNGA : J’ai 21ans, je suis née à Kinshasa, d’une famille de 4 enfants, dont je suis l’avant dernière.  Je suis une femme ambitieuse et mon père me dit souvent que je suis une femme au grand cœur qui donne le meilleur de soi dans tout ce qu’elle entreprend.

Je suis passionnée de la musique, je pourrais tout mon temps libre à écouter des chansons.  Mon petit frère dit que je suis autoritaire, mais je le prends comme un atout car cela m’aide quand je travaille en équipe. J’aime bien prendre le dessus afin de m’assurer que les choses soient bien faites. Dans tout ce que j’entreprends, j’ai toujours une perspective sur le long terme.

GLM : Quel est votre parcours ?

E.K : J’ai décroché mon diplôme à l’internat du lycée Bankazi à Mbanzangugu, dans le Congo central, dans l’option pédagogie générale, je suis actuellement étudiante à l’institut facultaire des sciences et de la communication, en journalisme. Je débute ma troisième année de graduat.

J’ai travaillé comme secrétaire chez Congo one click, c’est un site pour le téléchargement des applications mobiles, j’ai également été agent relationnelle chez ELFO et à ce jour, je suis gérante et partenaire à Sikiliza.

J’aimerai que mes enfants sachent que je suis une battante.

Esther Kalunga

GLM : Parlez-nous de sikiliza ?

E.K : Sikiliza est une entreprise qui gère un réseau de professeurs d’anglais, nous proposons des cours d’anglais en ligne et à domicile, la plupart de nos clients sont ambitieux. Ce sont des hommes et des femmes d’affaires qui n’ont pas le temps d’aller dans des centres pour apprendre. Ils veulent améliorer leur anglais pour des raisons professionnelles.

GLM : Qu’est-ce qui vous différencie des autres plateformes de cours d’anglais ?

E.K : Ce qui nous différencie c’est le fait que nous offrons un programme adapté à l’emploi du temps de nos étudiants.

Nos objectifs sont de rendre notre programme plus simple et beaucoup plus accessible. La version idéale de Sikiliza serait donc de devenir un service où le client pourrait s’inscrire seul, créer son propre profil, choisir son programme, et effectuer le paiement sans avoir à recourir à l’assistance, sauf en cas de besoin.

Esther Kalunga

GLM : En quoi consiste votre travail au sein de la structure ?

E.K : Mon rôle est de gérer les finances et de faire le pont entre les clients, les professeurs et l’entreprise.

GLM : Quelles sont vos astuces pour parvenir à combiner les études et le travail ?

E.K : Combiner les études et le travail, ce n’est pas facile en fait. Mais je me fixe des heures où  je me dispose pour le travail et d’autres pour l’université, par exemple le matin je vais au boulot et puis les après-midi je vais aux cours.

Certes ce n’est pas facile mails il faut juste savoir se fixer des heures et gérer son emploi du temps.

N’attendez plus,inscrivez-vous chez SIKILIZA!

GLM : Quelles sont vos ambitions ?

E.K : Mon rêve à moi c’est d’être cette femme indépendante, qui crée de l’emploi pour des jeunes gens talentueux à Kinshasa, pour qu’ils puissent aussi être indépendant à la longue.

GLM : Sikiliza dans 10ans ?

E.K : Nous nous sommes rendu compte qu’à chaque obstacle que nous surmontons nous devenons meilleurs.  C’est avec le temps et les défis que Sikiliza va se transformer.

A quoi va ressembler Sikiliza dans 10ans ? Nos objectifs sont de rendre notre programme plus simple et beaucoup plus accessible. La version idéale de Sikiliza serait donc de devenir un service où le client pourrait s’inscrire seul, créer son propre profil, choisir son programme, et effectuer le paiement sans avoir à recourir à l’assistance, sauf en cas de besoin.

Dans 10 ans Sikiliza touchera surement d’autres provinces de la RDC, nous avons déjà deux étudiants en France et une au Maroc. Donc nous espérons avoir plus de personnes à aider à l’international.