La découverte de soi et de son potentiel se fait de plusieurs manières. Pour céline, le déclic a eu lieu après avoir perdu plusieurs proches souffrant de diabète. C’est ce qui lui poussa à créer l’ASBL Solidarité pour la Lutte contre le Diabète. Amoureuse du beau et fondatrice de la marque KINJA, Céline KAVULA nous en dit un peu plus sur elle dans cette interview.

GLM : Parlez-nous de vous ?

Céline Kavula : Je suis Céline Kavula Kavira, présidente de l’asbl solidarité pour la lutte contre le diabète, SLD en sigle, je suis également fashion designer avec mon atelier de couture que j’ai nommé “Kinja design”, kinja veut dire “beau/belle” en mashi. Et depuis le début de l’année 2020, j’ai créé une agence de consultance en évènements et communication c2k consulting. Actuellement, j’évolue dans une multinationale dans le Haut-Katanga.

GLM : Comment avez-vous découvert votre potentiel ?

C.K : Pour la couture par exemple, j’avais moins de 15ans, je faisais de petits dessins de modèle de vêtements en pagne pour mes petites soeurs et petits frères pour les mariages coutumiers… Pour la SLD qui est une structure sans but lucratif, il faut avoir un cœur compatissant tout d’abord et être touché par une cause. Pour mon cas, le diabète m’a fait perdre des proches et je me suis rendue compte que plusieurs ignorent sur la pathologie alors je veux faire entendre ma voix dans la prévention en sensibilisant les communautés…

« Tout se trouve dans le rêve épicé d’ambitions et cuit dans le travail acharné. »  Céline K.

GLM : Votre remède contre l’échec ?

C.K : Mon remède pour me relever après un échec : la prière puis le sommeil. Je prie ensuite je dors (cela pour vous paraître un peu bizarre, rire); lorsque je me réveille je me sens tout d’emblée en paix,  après je me mets à analyser ce qui n’avait pas marché et pourquoi. Je prends mes décisions et j’avance.

GLM : Quels sont vos ambitions à venir ? Comment comptez-vous y parvenir ?

CK : Faire de la SLD la structure de référence en matière de diabète, pour Kinja habiller les grands du pays et du monde pourquoi pas.

En continuant de rêver, parce que tout se trouve dans le rêve épicé d’ambitions et cuit dans le travail acharné en restant évidemment attentive à ceux que j’aime.

GLM : Céline dans 5 ans ?

C.K : Céline dans 5 ans (rire), sûrement elle aura bien assis ses 2 actuelles structures lucratives avec un chiffre d’affaires qui donne le tournis et bien évidemment créer une 3è structure lucrative…